La Plénitude du vide

Trinh Xuan Thuan

Dès la plus haute Antiquité, savants et philosophes discutèrent du vide et du rien avec passion. Parménide et Héraclite, par exemple, affirmaient qu'il fallait bien qu'il y ait du rien, c'est-à-dire du vide intégral, pour que les êtres et les choses puissent bouger - « sans quoi, disaient-ils, tout serait bloqué ». Mais Aristote s'inscrivit en faux, imposant une phrase qui allait devenir célèbre : « La nature a horreur du vide. » Autrement dit, le rien, le vide, le néant n'existent pas. En réalité, les Grecs avaient surtout la terreur du vide. Au point que leurs génies n'eurent pas l'idée mathématique du zéro, que les Indiens, eux, surent concevoir. Ce n'est qu'après la Renaissance que des visionnaires comme Blaise Pascal eurent l'audace de contredire Aristote, en fabriquant des pompes à vide et en montrant qu'il existait des espaces où, la pression étant égale à zéro, on avait la preuve qu'il ne subsistait plus rien. Et pourtant, il subsistait bien quelque chose. Quoi ? C'est Einstein qui nous le dit : de l'espace-temps. Or, cet espace-temps, même vide de la moindre molécule, est en réalité totalement plein. De quoi ? D'énergie virtuelle. C'est la mécanique quantique qui nous l'apprend. Mais cela, les grandes spiritualités d'Asie - hindouisme, bouddhisme, taoïsme - le savaient depuis longtemps : le rien absolu, baptisé là-bas « Suprême Vacuité », est en réalité totalement plein. Plein de tous les possibles. D'où venons-nous ? Du Tout ! Où retournons-nous ? Au Tout ! Une fois de plus, Trinh Xuan Thuan nous fait faire un tour d'horizon aussi sublime qu'exaltant. Lire la suite

350 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x225

Chapeau

D'où venons-nous ? De rien ou de quelque chose ? Où allons-nous ? Naissons-nous du néant pour, finalement, y retourner ? Avec la sagesse qu'on lui sait, Trinh Xuan Thuan propose quelques réponses.

Citation presse

Coulisses

L'auteur
Trinh Xuan Thuan a étudié l'astrophysique au California Institute of Technology puis à l'université de Princeton, où il a obtenu son doctorat. Il est spécialisé dans l'astronomie extragalactique. Depuis 1976, il est professeur d'astrophysique à l'université de Virginie. Il est aussi chercheur à l'Institut d'astrophysique de Paris et membre de l'Université interdisciplinaire de Paris.

Entre nous

L'idée forte
Que ce soit à l'échelle du cosmos, avec le « vide intersidéral », ou à celle de l'atome, entre noyau et électrons, l'omniprésence du vide nous semble évidente. Nous mesurons mal combien de millénaires de vertige il a fallu pour que cette idée s'impose, au temps de Pascal et Galilée. Mais la physique d'aujourd'hui nous fait trembler à nouveau. Le vide ? Il est totalement plein !

Haut de page