L'Espionne

Paulo Coelho

La femme qui en savait trop

« Femme émancipée dans un monde gouverné par les hommes, j'ai été condamnée pour espionnage quand tout ce que j'avais obtenu de concret était des commérages dans les salons de la haute société. » Ainsi Paulo Coelho fait-il parler Mata Hari, cette femme d'exception fusillée le 15 octobre 1917 dans les fossés de Vincennes... Née aux Pays-Bas, Margaretha Zelle s'est mariée très jeune à un militaire jaloux cantonné à Java. L'union tourne court. Libre, celle qui se fait désormais appeler Mata Hari se retrouve à Paris. La « Salomé des temps modernes » s'y dénude en public en exécutant de fausses danses orientales et, courtisée par Picasso et Modigliani, a de multiples relations avec des hommes - français, allemands, russes - dont la réputation devait être défendue à tout prix. Alors, coupable ou innocente ? Lire la suite

192 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 210x135

Chapeau

Citation presse

Extrait

« Feu ! » Le soleil, qui à cette heure s'était déjà levé sur l'horizon, a éclairé les flammes et la petite fumée qui sortait de chacun des fusils, tandis que la rafale de tirs était déchargée dans un grand fracas. Peu après, en cadence, les soldats ont reposé leurs fusils par terre. (...) La femme a paru s'affaisser, gardant toujours la tête droite, les yeux encore ouverts ; un soldat a perdu connaissance. Ses genoux ont flanché et son corps s'est effondré sur le côté droit, les jambes encore pliées couvertes par le manteau de fourrure. Et elle est restée là, immobile, le visage tourné vers le ciel. Un officier, accompagné d'un lieutenant, a tiré son revolver d'un étui placé sur sa poitrine et marché vers le corps inerte. Il s'est courbé, a mis le canon sur la tempe de l'espionne, mais en prenant soin de ne pas toucher sa peau. Ensuite, il a pressé la détente et la balle a traversé son cerveau. Il s'est tourné vers tous ceux qui se trouvaient là et il a dit d'une voix solennelle : « Mata Hari est morte. »

1er chapitre de L'Espionne

Haut de page