Si on dansait...

Rachel Joyce

A la fin des années quatre-vingt, dans une impasse délabrée de la banlieue de Londres, Frank a installé sa boutique de vinyles. La rue, Unity Street, porte bien son nom. Une belle équipe de joyeux marginaux s'y serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie : Maud, la tatoueuse, le père Anthony, qui vend des objets religieux, M. Novak, le boulanger, les frères Williams, propriétaires des pompes funèbres, et Kit, aussi maladroit qu'attachant, que Frank embauche comme assistant. Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d'un échange, d'un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client. Un jour, il fait la connaissance d'une mystérieuse femme au manteau vert, une Allemande, Ilse Brauchmann. Après s'être évanouie devant sa boutique, celle-ci lui demande de l'aider à comprendre la musique. Il accepte. Lors de leurs rendez-vous, Frank replonge dans son enfance, revoyant sa mère lui passer des vinyles sur sa vieille platine. Puis Frank découvre le secret d'Ilse. Et le monde s'écroule… Rachel Joyce, de sa plume tendre et mélancolique, l'affirme : après le chaos, il n'est jamais trop tard pour faire renaître l'espoir. Lire la suite

384 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 153x240

2A la fin des années quatre-vingt, dans une impasse délabrée de la banlieue de Londres, Frank a installé sa boutique de vinyles. La rue, Unity Street, porte bien son nom. Une belle équipe de joyeux marginaux s'y serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie : Maud, la tatoueuse, le père Anthony, qui vend des objets religieux, M. Novak, le boulanger, les frères Williams, propriétaires des pompes funèbres, et Kit, aussi maladroit qu'attachant, que Frank embauche comme assistant. Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d'un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client…

Chapeau

Citation presse

Observer : Une incroyable capacité à saisir l'espoir.#xA;#xA;Daily Telegraph : Une écriture réconfortante, drôle et délicate.#xA;

Citation texte

Observer : Une incroyable capacité à saisir l'espoir.Daily Telegraph : Une écriture réconfortante, drôle et délicate.

Haut de page