Journal intime d'un touriste du bonheur

Jonathan Lehmann

De saint Augustin à François d’Assise, l’histoire connaît parfois de ces êtres choyés par la société, riches, jeunes et beaux, qui soudain réalisent que leur vie n’a aucun sens et décident de changer de cap. Jonathan Lehmann ne se vit certes pas lui-même comme un saint, au contraire ! Son Journal intime est bourré d’humour et d’autodérision. C’est bien ce qui fait son charme et le sort de l’ordinaire : il a la profondeur des grands témoignages spirituels que notre Club vous propose depuis vingt ans, avec du rire en plus. Ce journal de voyage à travers la planète new-age pourrait faire un film à la fois édifiant et drôle. On s’y retrouve beaucoup en Inde, dans différents ashrams, de celui de Goenka à celui d’Amma, on y pleure à chaudes larmes, on s’y laisse masser en profondeur, on y vit un immense chagrin d’amour et on y expérimente le tantrisme sexuel… Au passage, Jonathan nous raconte comment il en est arrivé là, l’influence qu’ont eu sur lui le yoga Vipassana, la pensée provocatrice de Jodorowski ou celle apaisante de l’ex-moine Eckhart Tolle, mais aussi les kibboutz… ou le LSD. Une formidable traversée. Lire la suite

288 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 145x220

Patrice van Eersel : Comment quitte-t-on une brillante carrière d’avocat d’affaire pour se lancer dans l’aventure incertaine du développement personnel ?#xA;#xA;Jonathan Lehmann : Je m’étais laissé enfermer dans une prison dorée qui ne me correspondait pas. J’avais adoré étudier le droit et pensais monter une start up dans le développement durable. Mais je me suis retrouvé à New York, travaillant à faire économiser des milliards à d’énormes boîtes comme Goldman Sachs ou Total. Etranger à moi-même ! Mais quand vous gagnez dix mille dollars par mois à 22 ans, vous y prenez vite goût…#xA;#xA;Patrice van Eersel : Quelles ont été les étapes de votre « libération » ?#xA;#xA;Jonathan Lehmann : Plusieurs graines avaient été plantées en moi, à mon insu. Ma mère m’avait offert les Contes zen de Jodorowsky. Elle m’avait aussi invité à une expérience chamanique au Pérou… Puis mon père est tombé mortellement malade et son départ m’a obligé à regarder en face le non-sens de ma vie. Mais peut-être serais-je resté prisonnier si je n’étais tombé sur les livres d’Eckhart Tolle. La lecture de New Earth (Nouvelle terre) a été pour moi une révolution.#xA;#xA;Patrice van Eersel : Vous citez dans votre livre sa définition du péché selon Jésus en cinq points…#xA;#xA;Jonathan Lehmann : C’est que, d’un coup, quelqu’un m’expliquait tout de ma vie ! (…) C’est alors qu’est née l’idée : traduire cet enseignement spirituel en langage accessible à tous (…). Je voulais devenir un bon petit soldat, pour faire passer cette pensée au grand public. J’ai donc commencé par écrire un livre de vulgarisation. Mais aucun des dizaines d’éditeurs américains auxquels je l’ai envoyé ne m’a même répondu. C’est alors qu’un ami m’a dit : « Fais plutôt un blog. » Et comme je me trouvais alors en France, c’est dans notre langue que je l’ai fait. C’est ainsi que sont nées mes « Antisèches du bonheur ».#xA;#xA;Patrice van Eersel : Votre blog a vite atteint les 150 000 abonnés !#xA;#xA;Jonathan Lehmann : Je n’en suis pa

Chapeau

Citation presse

Haut de page