L'eau que nous sommes

Pierre Rabhi - Juliette Duquesne

La vie est apparue sur Terre dans un océan primordial il y a 3,9 milliards d'années. Selon certains scientifiques, comme l’océanographe Gilles Bœuf, notre ignorance sur l'eau provient du fait que nous omettons qu'elle est à l'origine de notre existence ! De plus, dans nos sociétés avancées, disposer de l'eau courante semble évident grâce aux canalisations sous nos pieds. Ce n'est pas le cas dans toutes les régions désertiques, qui s'accroissent, ni dans ces innombrables lieux où 2,1 milliards de personnes, soit 30 % de la population mondiale, n'ont toujours pas accès à de l'eau salubre. Comment préserver ce trésor menacé, gage de notre survie, et trouver des solutions réelles ? Une cinquantaine de spécialistes en agro-écologie, chercheurs, scientifiques, techniciens ou simples paysans confrontés à ces questions répondent dans une vaste enquête. Nous sous-estimons souvent notre capacité à réagir, et ce carnet d'alerte en est la preuve. Comme le dit Pierre Rabhi dans ce remarquable travail : « Considérer que nous sommes victimes de la fatalité serait le pire des alibis. Le « il est trop tard » ne devrait pas abolir le « il est encore temps ». Cela ne tient qu'à notre détermination d'êtres humains censément libres. Etre optimiste ou pessimiste n'est en l’occurrence d'aucune pertinence, car la vie ne cesse de nous offrir tous les moyens d'instaurer le vivre-ensemble en harmonie avec l'intelligence de la vie. » Que dire de plus ? Il faut agir, cet ouvrage le prouve. Lire la suite

240 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x215

Un projet collectif#xA;Selon Pierre Rabhi, notre rapport à l'eau doit changer en modifiant notre gestion et notre consommation. Celle-ci ne peut être que collective. Au lieu de diviser, l'eau pourrait être un magnifique prétexte à la convivialité et à la coopération. Plus que tout autre élément, elle demande concertation, partage, et certainement un peu plus d'émerveillement...

Chapeau

« Nous sommes de l'eau », aime à répéter Pierre Rabhi. Le corps d'un adulte se compose en effet au moins de 65 % d'eau. Celle-ci représente environ 75 % du globe. Il est donc temps de mieux connaître cet élément fondamental de la vie sur Terre et de se pencher sur les moyens de le sauvegarder.

Haut de page