Débranchez votre mental !

Jean-Christophe Seznec - Sophie Le Guen

Que nous l'appelions « rumination », « obsession », « surchauffe mentale » ou « petit vélo dans la tête », nous connaissons tous ce problème. Il peut nous empêcher de dormir – une fois surgie dans notre esprit, impossible de l'en chasser. Il peut hanter nos journées, nous empêcher de travailler, de communiquer, de vivre. Chez certains, il peut mener jusqu'au burn out et à la dépression. Le problème, c'est que nous, humains, ne pouvons empêcher nos neurones de ressentir, éprouver, estimer, jauger, se souvenir, comparer, juger, penser... tout cela en permanence ! Or, il arrive que cette formidable machine s'enraye et se mette à tourner en boucle, comme un disque rayé. Quelqu'un vous a vexé, trompé ou humilié, une déception vous a atteint, un projet est en train d'échouer, un problème vous tombe dessus et vous ne pensez plus qu'à ça. Au point d'en tomber malade. Car rumination et pensée obsessionnelle font que toutes vos faiblesses se réveillent et vous ne voyez plus comment sortir du cercle vicieux. Une solution : lire le livre de Jean-Christophe Seznec et Sophie Le Guen, et surtout mettre leurs exercices en pratique – sinon, cela ne sert à rien ! Apprenez la « météo intérieure » qui vous libérera des pensées hameçons qui vampirisent votre attention. Lire la suite

352 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 150x210

Les auteurs
Jean-Christophe Seznec est médecin-psychiatre. Sa pratique a suivi les progrès de la neuropsychologie. ACT, dont il est adepte, est une thérapie cognitive et comportementale, fille de la théorie des Cadres relationnels. Sophie Le Guen est médecin dans l'industrie pharmaceutique, où elle voit comment le monde du travail peut être source de tension et de rumination, pouvant aller jusqu'au burn out. Tous deux pratiquent la méditation.

L'interview

Patrice van Eersel : Descartes ne nous a-t-il pas dit : « Je pense donc je suis » ?
Jean-Christophe Seznec : Oui, mais il faudrait renverser la proposition : « Je ne suis pas ce que je pense. » Toute la thérapie ACT, méthode d'acceptation et d'engagement, consiste à faire la distinction entre soi et ses pensées. Notre cerveau produit des pensées, comme nos reins produisent de l'urine ou nos intestins des selles ; nous ne sommes pas notre urine, ni nos selles, ni donc nos pensées. On n'est pas obligé de penser sans arrêt, mais on ne nous a pas appris à être continents de nos pensées. C'est un apprentissage que l'on devrait faire à l'adolescence.
Patrice van Eersel : En tirant sur le fil de la rumination, vous abordez un nombre frappant de problèmes : peur, blocage, perfectionnisme, procrastination, insomnie, burn-out… toute une « psychopathologie du disque rayé » !
Jean-Christophe Seznec : Tout à fait. La thérapie ACT travaille sur les fonctions et notamment sur notre rapport aux pensées, aux émotions, à la douleur... Il s'agit d'apprendre à négocier avec la vie, qui ne se passe jamais comme on voudrait. Cela peut être douloureux, mais si la douleur n'est pas évitable, la souffrance l'est. Avec ACT, on apprend à gagner en flexibilité intérieure, à négocier face à ce qui se présente à nous, à muscler notre liberté d'être et à ne plus être esclave de notre intériorité.
Patrice van Eersel : Vous parlez souvent de la méditation de pleine conscience. Vous méditez vous-même ?
Jean-Christophe Seznec : Oui, ACT est une proche cousine de la méditation. À l'université, je donne un cours sur « Médecine et Méditation », au Kremlin-Bicêtre et à Toulouse. J'ai aussi écrit une série de méditations sur l'application « Petit Bambou » pour favoriser le sommeil. Et je suis à l'initiative du mouvement S'asseoir ensemble, qui propose aux gens de ralentir et de s'offrir un instant pour méditer librement dans des espaces publics.
Patrice van Eersel : Les f

Les auteurs

Les auteurs
Jean-Christophe Seznec est médecin-psychiatre. Sa pratique a suivi les progrès de la neuropsychologie. ACT, dont il est adepte, est une thérapie cognitive et comportementale, fille de la théorie des Cadres relationnels. Sophie Le Guen est médecin dans l'industrie pharmaceutique, où elle voit comment le monde du travail peut être source de tension et de rumination, pouvant aller jusqu'au burn out. Tous deux pratiquent la méditation.

Haut de page