Reconstruire sa maison intérieure

Eric Brun-Sanglard - Eric Brun-Sanglard

Se sentir bien chez soi, chacun de nous y aspire. La lecture du livre d'Eric Brun-Sanglard montre qu'il s'agit d'un art des plus subtils, des plus passionnants aussi, et que cela ne s'improvise pas ! Son livre est tel un manuel, un guide pour apprivoiser notre intérieur, le rendre à notre image, en accepter les défauts parfois (des fissures peuvent révéler des blessures intérieures), savoir colmater certaines brèches (panser une plaie pour passer à autre chose), et s'attacher à comprendre, toujours, ce que « notre lieu » dit de nous. Devenu aveugle à l'âge adulte, l'auteur a développé une sensibilité aiguë aux vibrations, aux sons, aux odeurs ; sachant analyser ses ressentis et les mettre en mots, il nous aide, à travers son propre cheminement et en décrivant sa demeure, à tracer le chemin vers le lieu que nous ferons nôtre. Reconstruire les fondations, observer les défauts et en connaître l'histoire, résister aux modes qui ne nous correspondent pas, découvrir la richesse de notre mémoire olfactive, apprendre à vivre sereinement avec ce que nous percevons comme des « nuisances sonores », choisir les coloris en fonction de leurs énergies, faire le vide pour faire le deuil du passé et s'ouvrir à l'avenir... Autant d'aspects explorés avec pertinence et douceur. Lire la suite

144 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x220


Se sentir bien chez soi, chacun de nous y aspire, mais cela ne s'improvise pas ! Le livre d'Eric Brun-Sanglard est tel un manuel, un guide pour apprivoiser notre intérieur, le rendre à notre image, en accepter les défauts parfois (des fissures peuvent révéler des blessures intérieures), savoir colmater certaines brèches (panser une plaie pour passer à autre chose), et s'attacher à comprendre, toujours, ce que « notre lieu » dit de nous. Devenu aveugle à l'âge adulte, l'auteur a développé une sensibilité aiguë aux vibrations, aux sons, aux odeurs ; sachant analyser ses ressentis et les mettre en mots, il nous aide, à travers son propre cheminement, à tracer le chemin vers le lieu que nous ferons nôtre.

Bio

Devenu aveugle à 33 ans après avoir contracté une grave maladie, Eric Brun-Sanglard décide, contre toute attente, d'exercer le métier d'architecte d'intérieur. Il mène alors une carrière prestigieuse, et compte bientôt parmi ses clients plusieurs stars de Hollywood. Il anime par ailleurs une émssion de télévision aux Etats-Unis : The Blind Designer.

Biographie

Devenu aveugle à 33 ans après avoir contracté une grave maladie, Eric Brun-Sanglard décide, contre toute attente, d'exercer le métier d'architecte d'intérieur. Il mène alors une carrière prestigieuse, et compte bientôt parmi ses clients plusieurs stars de Hollywood. Il anime par ailleurs une émssion de télévision aux Etats-Unis : The Blind Designer.

Interview

Votre livre montre combien le lieu que nous habitons nous révèle et doit correspondre à notre identité. Si une personne est insatisfaite de son logement, doit-elle forcément envisager d'en changer ? Est-il possible d'« accepter » le lieu tel qu'il est, avec résilience ?
La première question à se poser est de comprendre pourquoi cette personne est insatisfaite. Problème de luminosité, d'exposition, d'environnement (bruit, odeurs), de voisinage ? Si c'est le cas, oui, je conseillerais de déménager car ces éléments sont difficilement maîtrisables.
En revanche, si c'est dû à une mauvaise expérience dans cette habitation (divorce, décès, vétusté, sonorité, matériaux présents, ameublement, couleurs, odeurs de moisissure…), il est possible de remédier à ces problèmes en rénovant, en repensant l'espace, sa décoration et l'énergie qui en résultera.
Comment avez-vous pris conscience du parallèle qui s'est établi entre la reconstruction de votre habitation et votre reconstruction intérieure ?
Au moment où j'ai perdu la vue, alors que j'étais condamné par les médecins, j'avais préalablement entrepris de gros travaux dans ma maison. J'ai été forcé de les reprendre afin de pouvoir vendre ma maison et payer mes dettes médicales, qui s'accumulaient.
Petit à petit, après m'être réapproprié ma maison, ses espaces, ses matériaux, ses ouvertures à travers le toucher, les sons, les odeurs, tous ces sens qui devaient remplacer ma vue, j'ai commencé à rénover ma maison tout en améliorant ma santé. Sans même le réaliser, en reconstruisant ma maison, je reconstruisais ma santé, au grand étonnement des médecins.
Si je me sens mal chez moi, quelle est selon vous la première étape à laquelle je dois réfléchir pour transformer mon intérieur ?
La première chose que je conseil à mes clients est de se placer au milieu de chaque pièce, de fermer les yeux et d'établir une sorte de diagnostique de leur environnement.
Je leur demande alors d'écouter, de sentir, de ressentir pour comprendre d'où vient leur malaise. Si la pièce est vide, alors de la parcourir en touchant les murs, ses ouvertures, la sensation de leur corps avec les matériaux afin de ressentir l'énergie de la pièce.
Si la pièce est meublée, alors si possible la vider puis ramener chaque élément un par un. Les replacer où ils pensent que c'est le plus approprié. Si c'est un canapé, de s'asseoir les yeux fermés, toucher la forme et la texture de ce sofa, puis se lever et toucher son environnement toujours les yeux fermés pour s'assurer qu'il est placé au bon endroit, en laissant assez d'espace autour pour qu'il respire, puis se rasseoir et imaginer quel autre meuble complèterait l'ambiance que l'on voudrait ressentir.
Placer cet autre meuble et recommencer le même procédé jusqu'à ce que vous vous sentiez bien dans cet espace. Vous réaliserez peut-être que certains meubles doivent être changés ou éliminés car ils sont de trop. Ne vous sentez pas forcés d'exposer ou de placer tout ce que vous avez enlevé et choisissez avec précaution chaque objet, chaque élément de décoration tout comme si vous ajoutiez petit à petit des épices dans un plat jusqu'à ce que la saveur vous convienne.
C'est seulement à ce moment-là que vous pouvez réfléchir au traitement des murs, couleurs, papiers peints (même chose pour tapis, rideaux, coussins, plaids, etc.). Finalement, toujours les yeux fermés, sentez votre espace et rajoutez la senteur qui correspond à l'ambiance désirée dans cet espace (diffuseur, huiles essentiels, bougies ou fleurs odorantes…), tout comme vous le feriez, après vous être habillé, avec un spray de parfum avant de quitter votre maison.
Se sentir chez soi, est-ce forcément se sentir dans une sorte de cocon protecteur ?
Pour moi, notre maison doit non seulement nous ressembler mais également répondre à nos besoins émotionnels.
Pour certains, c'est peut-être le besoin de se ressentir comme dans un cocon protecteur, pour d'autres, un espace familial où chaque membre de la famille s'y retrouve, partage et s'exprime.
Dans mon métier d'architecte d'intérieur, découvrir ce que mes clients recherchent émotionnellement dans leur habitation est certainement la première chose que je dois établir. Cette partie de mon métier est ce que j'appelle l'étude psychologique de mes clients afin de pouvoir rentrer dans leur univers, m'approprier leur besoin, leur mode de vie, pour bien réaliser leur version du bien-être.
Notre notion du bien-être, tout comme notre ADN, est propre à tout un chacun. Cela explique l'impact de notre environnement sur nos émotions, et vice versa.

Haut de page