La résilience éclairera votre âme 

Nous en avons la preuve

Vous souvenez-vous du thème de La Vie est belle, le film de Frank Capra ? Dans une petite ville de l’Ouest, un petit banquier altruiste se désespère, car tous ses efforts pour aider les pauvres à s’en sortir sont réduits à néant et ridiculisés par le comportement égoïste et mafieux de gros banquiers. Un soir, le désespoir est tel que cet homme très bon décide de se suicider en se jetant d’un pont. Surgit alors un clochard – en fait un ange déguisé – qui arrête le geste du malheureux et commence à discuter avec lui, réussissant à faire en sorte qu’il se confie. « Ma vie est inutile, dit le petit banquier, malgré tous mes efforts, les riches truands tiennent le haut du panier et dirigent de facto de la vie des gens qu’ils réduisent quasiment en esclavage. » L’ange-clochard va alors lui faire vivre une expérience surprenante. « Supposons, lui dit-il, que tu n’aies jamais existé et voyons ce que serait devenue cette ville. » Comme dans une uchronie devenant réalité, le petit banquier découvre alors, stupéfait, que son influence, non seulement n’a pas été vaine, mais que, par son exemplarité, elle a donné courage et idées à une foule de gens, dont parfois il ignorait même l’existence. Si bien que, sans ressembler au paradis, la petite ville a été transformée en profondeur, d’une façon qu’il n’aurait jamais soupçonnée. Le psychiatre Boris Cyrulnik, qui a introduit le concept de résilience en France, aime dire que l’on a aujourd’hui la preuve qu’un comportement altruiste, même tardif, peut toujours changer la donne. « Prenez un enfant abandonné, dit Cyrulnik, et scannez ses réseaux neuronaux avec une machine à IRMf. Vous verrez des dentrites flasques, donc des neurones peu connectés, donc peu de conscience et beaucoup de dépression. Plongez cet enfant dans une milieu chaleureux et aimant, puis scannez-le à nouveau six mois plus tard. Vous verrez que les dendrites ont poussé comme un champ de blé assoiffé que l’on a irrigué et dont les épis ont redressé la tête, pris de la force et bondi vers le ciel ! » La résilience n’est pas un phénomène fumeux ou imaginaire. Nous en avons aujourd’hui la preuve matérielle. Grâce aux progrès fantastiques de l’imagerie corticale, nous pouvons voir de nos yeux comment l’affection, la chaleur humaine, l’amour peuvent nous guérir de nos blessures émotionnelles et changer le monde.

Haut de page