Aligner ses sens, ses pensées et ses actes 

Quand le hasard nous est favorable

"Les membres du Club Nouvelles Clés font certainement partie des personnes les plus attentives aux coïncidences heureuses, qu’en langage savant on nomme « synchronicités ». Quand le hasard nous est favorable, nous applaudissons et bénissons le ciel. Mais nous pouvons faire mieux : nous préparer à la prochaine fois, à la prochaine « chance », prochaine résonance… ou synchronicité. Cela peut paraître étrange, mais l’expérience le démontre : nous pouvons jouer avec le hasard, le transformer en allié. Comment faire ? Au minimum, apprendre à dire oui. Oui à quoi ? Oui à la vie. Les gens qui détestent les cadeaux (ça existe !) se préparent à n’en pas recevoir. Mais là encore, on peut faire mieux. Pablo Picasso disait : « L’inspiration doit te trouver au travail. » En termes polis, il voulait dire : « Allez, au boulot ! » Il faut travailler avec acharnement pour éveiller en soi la part créatrice, inspirée, en prise avec le mystère du « radicalement nouveau » que les bonnes synchronicités nous offrent. Mais attention, il ne s’agit pas non plus de « bosser » n’importe comment – pour le coup, l’aléatoire n’est pas de mise. Une part importante du dit-travail consiste à atteindre un état essentiel : devenir cohérent. L’instructeur spirituel Thierry Janssen, qui fut d’abord un brillant chirurgien, puis un psychothérapeute, dit que la cohérence est la clé même de la santé. Si vous désirez éviter les maladies et vivre longtemps heureux, nous confirme la thérapeute et instructrice Thi Bich Doan, vous devez vous mettre en cohérence avec vous-même, c’est à dire, schématiquement, penser ce que vous ressentez, dire ce que vous pensez et faire ce que vous dites. On peut s’y entrainer de façon simple. Par exemple en méditant et en prenant conscience de sa respiration et des battements de son cœur : mettre en cohérence ces deux processus vitaux fait partie des techniques d’auto-guérison d’avant-garde (c’était l’une des sept méthodes prônées par le Dr David Servan-Schreiber). Etre cohérent, donc d’une certaine façon ouvert à notre propre raison, donc raisonnable, ne veut pas dire renoncer à nos idées et ambitions apparemment « folles ». Si celles-ci viennent du fond de nous, s’il s’agit de quêtes qui nous correspondent vraiment, c’est d’y renoncer qui serait incohérent ! C’est ce que nous dit Meriem Salmi, qui a entrainé les plus grands athlètes français et les a aidés à réaliser leurs plus grands rêves. Pour sûr, ceux-là travaillent beaucoup avant de parvenir à l’accomplissement. Mais le pur labeur ne suffit jamais. Il doit se marier à une dimension située ailleurs, dans une création pure et simple de soi-même. L’écrivain américain William A. Ward avait résumé ce saut créatif dans l’aphorisme suivant : « C'est impossible, dit la Fierté. C'est risqué, dit l'Expérience. C'est sans issue, dit la Raison. Essayons, murmure le Cœur. » Ce qui revient à dire, comme dans beaucoup de traditions spirituelles, que la clé de la cohérence n’est autre que l’amour. Encore faut-il savoir aimer. Savez-vous ?"

Haut de page