Voir l'amour avec d'autres yeux 

"Personne n’est fait d’une seule pièce. Même sains d’esprit et absolument pas déchirés entre des « personnalités multiples », nous portons en nous des personnages, des âges et des modes différents. D’où cette question : quelle partie de nous dit « Je t’aime » quand nous le disons à quelqu’un ? En chacun vivent au moins trois personnages : un enfant, un adulte et un petit prof. L’enfant détient les clés de nos pulsions, de nos désirs, de notre libido ; c’est lui qui pleure quand nous sommes triste, pique sa crise quand on nous refuse quelque chose et bondit de joie quand ça va bien. Le petit prof a intégré les règles sociales, les interdits, et nous fait sans cesse la morale, tel le Jiminy Cricket de Pinocchio. Quant à l’adulte, c’est lui qui, en nous, sait faire la part des choses, voir autrui avec compassion et faire valoir nos droits avec raison. Chacun de nos trois personnages intérieurs peut aimer, mais à sa façon. L’enfant, gourmand et égotique, aime celui ou celle qui lui fait plaisir, le sécurise ou le narcissise. Le petit prof aime suivant les règles, la bienséance, l’harmonie socialement convenable. Quant à l’adulte, il aime de plus haut, à plus long terme, avec sens de l’engagement. Aucune de ces trois façons d’aimer n’est illégitime… à condition de savoir laquelle, en nous, agit. Et surtout à condition que ce savoir soit partagé. Quand deux êtres font sauvagement l’amour, ce sont d’abord leurs enfants intérieurs qui se rejoignent. Les problèmes amoureux viennent souvent de la dissymétrie : chez l’un des partenaires, par exemple, c’est l’enfant qui s’exprime, alors que chez l’autre, c’est l’adulte, ou le petit prof. D’où l’intérêt de se connaître soi-même et d’essayer de connaître l’autre.

Haut de page